La pédagogie Steiner-Waldorf

La pédagogie de Rudolf Steiner

Rudolf Steiner a élaboré une pédagogie dont le fondement est la connaissance de la nature de l’être humain. Il décrit avec précision les métamorphoses que traverse l’enfant, l’adolescent puis le jeune adulte et enfin l’homme au cours de toute sa vie. Pour chacune de ces étapes, il donne des conseils pour une pratique éducative juste, en fonction de l’évolution de l’Homme.

C’est une pédagogie vivante, ouverte sur le monde, qui favorise un ancrage solide et profond du savoir et de l’être.

Création de la première école

C’est en 1919 que Rudolf Steiner commence à concrétiser son idée sur l’art de l’éducation. En effet, il est invité par le directeur des usines de cigarettes Waldorf-Astoria à venir parler aux ouvriers plongés dans la misère et la faim de l’après-guerre. Tout est à construire sur des bases nouvelles. A la demande des ouvriers, Rudolf Steiner accepte d’ouvrir une école pour leurs enfants. Très rapidement, d’autres élèves se joignent à eux. Des écoles semblables ouvrent leurs portes dans d’autres villes d’Allemagne puis d’Europe et gardent souvent l’appellation d’école « Waldorf » en souvenir de l'usine de cigarettes.

Les écoles Steiner-Waldorf dans le monde

Les écoles Steiner-Waldorf accueillent environ 250 000 élèves dans une soixantaine de pays.

Aujourd’hui, il existe environ 1000 écoles, plus de 1700 jardins d’enfants (maternelle), 300 centres d’éducation spécialisée (pédagogie curative) et 60 instituts de formation des professeurs.

Dans de nombreux pays d’Europe, cette pédagogie est connue et reconnue. Dans plusieurs d’entre eux, ces écoles sont soutenues et subventionnées par l’État : aux Pays-Bas, en Allemagne, en Suède, au Danemark, en Russie, en Roumanie,…

En France, il existe actuellement une vingtaine d’écoles et jardins d’enfants. Ces écoles regroupent environ 2300 élèves et 230 professeurs.

Certaines écoles vont du jardin d’enfants à la primaire, d’autres vont jusqu’au collège, d’autres encore jusqu’au lycée.

Juridiquement et financièrement indépendantes les unes des autres, toutes ces écoles sont regroupées au sein de la Fédération des Écoles Steiner-Waldorf de France.

 

Les écoles Steiner-Waldorf sont-elles des écoles religieuses ?

Les écoles Steiner-Waldorf ne sont pas des écoles confessionnelles et n’appartiennent à aucun ordre religieux. Elles s’inscrivent toutefois dans une conception du monde et de l’être humain d’essence chrétienne (fêtes de Noël et de Pâques...). 

Elles cherchent, à travers les différentes matières enseignées et les fêtes vécues tout au long de l’année, à « relier » l’enfant à la nature, aux saisons, mais aussi à la création du monde, au mouvement des grandes civilisations qui, parti de l’ancienne Inde, à travers la Perse, l’Égypte, la Grèce et Rome, aboutit à la naissance de notre culture. Le mot « religion » n’a-t-il pas comme origine « religare » qui signifie « relier » ? 

En France, pour avoir la liberté de relier ainsi l’enfant au monde, à l’histoire de l’humanité, dans leur rapport avec l’univers, les écoles Steiner-Waldorf sont obligées d’avoir un statut d’écoles libres (privées).

Chaque parent reste libre de choisir l’enseignement religieux qu’il désire pour son enfant. Rudolf Steiner insistait très fortement pour que l’école puisse accueillir tous les enfants sans distinction religieuse, raciale ou sociale d'aucune sorte. 

L’école Steiner de Troyes :

Maternelle de 2 ans ½ à 6 ans : classes des Petites Pousses et des Tournesols

Le pédagogue des tout petits veillera à créer un environnement, un terrain accueillant, chaleureux, où l’enfant pourra, en toute sécurité affective, vivre toutes sortes d’expériences :

- Dans le domaine corporel, sensoriel, à travers jeux, cuisine, bricolage, jardinage, …

- Dans le domaine artistique, à travers des activités comme la peinture, le modelage, le dessin, les chants, la motricité, …

- Dans le domaine psychique, par les contes, les histoires, les échanges, les diverses fêtes qui rythment et favorisent le lien à la nature, aux êtres vivants. 

 Toutes ces activités sont vécues dans un flot dynamique où l’enfant s’engage tout entier. Il faut voir les belles couleurs qui animent ses joues quand il est pris dans le jeu...

 

Exemples d’activités :

- la fabrication du pain :

 L’enfant va traverser toutes les étapes de la fabrication du pain par imitation : moudre le blé dans le moulin avec la manivelle, dans le bon sens, il faut des forces ! Puis tamiser la farine et mesurer la quantité de farine nécessaire à la fabrication. Les enfants pétrissent et cuisent le pain. (Lors de cette activités tous les sens sont en éveil, les apprentissages se développent naturellement ; compter, respecter la recette ...).

- la fabrication de la laine :

Après avoir récupéré la laine tondue, les enfants vont laver, carder, filer la laine avec le rouet, tisser avec les outils d'antan afin de s’éveiller au savoir-faire des artisans. Une fois la laine filée, les enfants fabriqueront des pompons, ils tisseront avec un métier à tisser qu'ils auront fabriqué eux-mêmes.

 

Chaque jour de la semaine, une activité différente est proposée accompagnée de chants, de poésies et d’histoires en lien avec le thème.

Dès l'entrée en première classe (7 ans), les enfants travailleront ces mêmes activités mais avec des étapes d'observation différente, les expériences, la pratique du dessin seront mises en avant (les semis en lien avec le rythme des saisons, de l'épi au grain, le battage du blé avec le fléau, récupération des grains de blé, du grain à la farine, tamisage et de la farine au pain.).

Puis dans les plus grandes classes (8 ans), les enfants visiteront un moulin et un boulanger, en feront des exposés et l’occasion de travailler la cohésion d'équipe et la prise de parole.

Toutes ces expériences permettent à chaque enfant de grandir en conscience.

L'enfant éprouve un grand respect pour le travail de l'artisan en vivant le métier, puis il fait son expérience en essayant par lui-même et c'est ainsi qu'il crée un lien avec la matière enseignée.

Il n'est pas assis à écouter le professeur mais il vit son apprentissage.  

Ici, pas d’exercices, mais des actes vrais, intégrés à la vie, qui développent l’ensemble des facultés manuelles, psychiques, intellectuelles, à partir des forces d’imitation du petit enfant. 

De ce fait l’enfant peut, tant à l’intérieur de la classe qu’à l’extérieur dans l’aire de jeux, faire des expériences qui enrichissent ses sens tous ouverts mais encore si délicats. Les matériaux et jouets, simples, mis à sa disposition sont les plus naturels possible : en bois, en laine, en coton, …

Les effectifs restent volontairement réduits. Pour garder une atmosphère familiale, les petits côtoient les plus grands dans un même groupe dont on essaie d’équilibrer le nombre de garçons et de filles. Ainsi, socialement, s’amorcent l’entraide, l’émulation, la tolérance et le respect réciproques. 

 

L’élémentaire des plus de 7 ans :

Si l’éducation des tout petits est essentiellement basée sur des expériences, des actions, celle des plus de 7 ans, suivant l’évolution psychologique de cet âge, va s’appuyer sur le ressentir, les rythmes, la faculté de créer ses propres images intérieures et de découvrir par soi-même le monde. 

Chaque matinée commence donc par une partie « rythmique » avec chants, flûte, poésies, rythmes, puis le cours principal suit. Qu’il s’agisse de français, de calcul, d’histoire, de géographie, ce cours principal ne traitera qu’une seule de ces matières pendant trois, quatre semaines consécutives. 

Puis on passera à une autre matière dans laquelle on se plongera profondément pendant trois ou quatre semaines. Cet enseignement par périodes est une des caractéristiques de la pédagogie Steiner-Waldorf et évite l’éparpillement dont on souffre tant dans notre société actuelle. 

 

Autres caractéristiques : 

- Les élèves n’entrent pas en compétition par des notes, des classements ; la façon vivante dont on leur présente les divers apprentissages stimule leurs progrès. Sauf cas exceptionnel, il n’y a pas de redoublement : l’esprit d’entraide, d’équipe est encouragé. 

- Tout l’enseignement prend un caractère artistique : il ne concerne pas seulement les matières artistiques proprement dites qui occupent, bien sûr, dans l’emploi du temps, une place de choix avec : de la peinture à l’aquarelle sur feuille mouillée pour que les couleurs gardent leur mouvance, ou bien du modelage en cire d’abeille colorée ou en argile, ou encore de la musique chantée ou instrumentale…

Mais c’est l’enseignement tout entier qui est donné artistiquement, que l’on fasse du calcul, du français, des sciences… par la façon d’introduire les apprentissages et de les consigner dans des cahiers joliment illustrés de dessins personnalisés.

« Les activités artistiques, dans une école Waldorf, ne consistent pas à vouloir faire des artistes, mais à conduire les élèves vers une capacité de créativité dans l’existence humaine »

R. Steiner 

- Les activités manuelles ont leur place dans l’éducation ; elles font partie des activités proposées, interviennent de façon rythmée dans l’emploi du temps et ne sont jamais supprimées sous prétexte que l’on a pris du retard dans telle ou telle discipline intellectuelle. 

- Les langues étrangères apportent leur richesse : La méthode est fondée sur la pratique exclusivement orale les trois premières années. Les moyens permettant la rencontre avec la langue sont puisés au répertoire culturel, artistique (contes, histoires, chants, …) du pays étranger concerné.

 

 

« Moins on dressera l’intellect et plus on travaillera avec la totalité de l’être humain, de sorte que l’intellect se développe à partir des mouvements de l’habilité des mains, mieux cela vaudra.

En réalité, notre intellect ne se forme pas par un entrainement intellectuel direct. Il faut savoir que celui qui est maladroit de ses mains aura un intellect maladroit, ses pensées seront moins souples, alors que celui qui peut se servir avec dextérité de ses doigts aura aussi des pensées mobiles qui pourront pénétrer la réalité des choses »

R. Steiner

Ecoles

Steiner-Waldorf

de France

Ecole Steiner de Troyes

Association Perceval-Blanchefleur

147, avenue Pierre Brossolette

10000 Troyes

Tel : 03 25 82 40 44

  • Facebook Social Icon

On est sur Facebook... Suivez-nous !!